Un petit café avec Lucie Vigier.
C’est avec beaucoup de plaisir que je vous présente aujourd’hui Lucie Vigier. Lucie est une femme très enthousiaste et motivée. Sa présence au Vanuatu est une chance pour le secteur de la coopération et pour notre communauté. Elle porte des valeurs que je partage comme l’engagement, la solidarité et l’écologie.
Lucie est née et a grandi à Bordeaux en 1988. Le bac en poche, elle s’inscrit en Licence de Sociologie et de Santé publique et dans le cadre de ses études part une année à Montréal. C’est le début d’une série de découvertes de nouveaux horizons et d’expatriation.
A son retour, elle obtient à Rennes un Master de Santé Publique.
Vivre en Afrique était l’un de ses rêves d’enfant. Sa mère avait grandi au Cameroun et ceci l’avait toujours fascinée. Elle choisit donc d’effectuer un stage de fin d’études à Ouagadougou au Burkina Faso. L’expérience ayant été enrichissante, Lucie s’engage alors en 2012 pour une mission de volontariat international en administration au Togo, d’une durée de 2 ans, pour un projet Santé de l’Agence Française de Développement (AFD).
En 2015, elle gagne le siège parisien de l’AFD. Après un an, même si elle apprend beaucoup sur la politique et l’administration du développement, elle commence à s’ennuyer.
Le terrain lui manque. Lucie décide alors de prendre une année sabbatique et de voyager. Destination : la Nouvelle-Zélande. C’est au bout du monde qu’elle rencontre son compagnon Adam. Avec ce jeune Américain, elle achète et équipe un van et parcourt les routes des 2 îles durant une année complète. Cette première expérience du Pacifique Sud les séduit tous les deux.
En 2017, Lucie et Adam partent s’installer au Cambodge. Lucie décroche en effet un contrat de cheffe de projet auprès de l’ONG Planète Enfants et Développement. Sa mission : accompagner l’ouverture de crèches et d’infirmeries dans des entreprises de textiles. Durant un an et demi, elle est ainsi confrontée à la dure réalité du monde industriel et participera à l’installation de la première crèche d’entreprise au Cambodge.
En 2019, retour en France et installation dans les Landes. Lucie change de secteur d’activité. Elle est alors auditrice-conseil pour un label environnemental. Cette nouvelle expérience lui permet de travailler dans un domaine qui l’intéresse particulièrement : l’écologie.
En janvier 2020, Lucie et Adam retournent dans le Pacifique Sud. Ils viennent s’installer à Port-Vila. Lucie est Volontaire de Solidarité Internationale pour France Volontaires au Vanuatu. Elle a pour mission initiale de coordonner l’équipe des volontaires en place et du Programme du Service de Volontariat Océanien, co-financé par la Nouvelle-Calédonie. Mais très vite, la donne change.
L’an passé, en mars, afin de se protéger de la pandémie Covid-19, le Vanuatu décide très rapidement de fermer ses frontières. Beaucoup de volontaires retournent en Nouvelle-Calédonie ou en métropole. Elle assure bien évidemment l’accompagnement des quelques volontaires maintenus en mission et travaille au futur rétablissement de missions au Vanuatu.Lucie consacre la majeure partie de son temps à engager une réflexion globale sur la stratégie de la mission de France Volontaires au Vanuatu. Elle vise notamment à consolider l’approche régionale et à cibler certains secteurs spécifiques.
Lucie est comme beaucoup tombée sous le charme du Vanuatu. Elle apprécie la qualité de vie propre à l’archipel.Elle se sent chanceuse notamment de cette proximité avec la nature, de cet accès immédiat à la mer. Elle apprécie également le fait de vivre dans une capitale à taille humaine et des services disponibles : cinéma, concerts, restaurants. Ici Lucie peut enfin consacrer du temps à son initiation au yoga.
Retrouvez d’autres portraits de Françaises et de Français du Vanuatu en cliquant sur: https://georgescumbo.org/francaises-et-francais-du-vanuatu/